Genèse Endless Eleven

 

 

Une action musicale, scénique et vidéographique pour un percussionniste et un environnement électronique interactif

 

… du rêve :

 

ENDLESS ELEVEN Jean Geoffroy choisira onze instruments à percussion dont nous établirons onze combinaisons pour onze propositions musicales développées de onze façons différentes agencées à onze propositions scénographiques et onze propositions vidéographiques reliées par onze propositions d’interactivité et onze textes de Kant cependant qu’onze chats de Schrödinger seront retrouvés morts ou vifs et sachant que l’œuvre ne sera considérée comme achevée qu’après épuisement de toutes les combinaisons entre toutes ces variables et leurs propres combinaisons c’est à dire jamais ENDLESS ELEVEN

 

… à la réalité :

 

Un percussionniste est placé dans un espace multimédia conçu comme un instrument, réactif aux actions de l’interprète mais rendu instable par des interférences. Le musicien joue onze séquences, chacune pour un dispositif particulier. Des péripéties, des lectures, des télescopages viennent perturber les gestes musicaux. Le sens rebondit dans un univers vidéographique, le son rebondit dans un environnement spatialisé. Formant une matière sonore sous-jacente, des textes d’Emmanuel Kant tentent de se frayer un passage au travers d’un véritable parcours d’obstacles.